Début de l’ère Sagesse: des lettres à redorer

Un vent d’incertitude a soufflé sur le Cégep du Vieux-Montréal à la suite de la démission de l’entraîneur-chef Chérif Nicolas, le 31 octobre dernier. Plusieurs espoirs attendaient que l’organisation nomme un successeur avant de considérer les Spartiates.

Par Nicolas Belleau

Il faut dire que le mythique programme a perdu quelque peu de son lustre d’antan. La formation montréalaise a été écartée de la finale durant deux années consécutives pour la première fois depuis 1995. Ceux-ci ont également collé des dossiers de cinq victoires et quatre défaites en saison régulière.

Instructeur de la ligne défensive pendant quatre saisons, la nomination de Renaldo Sagesse à la barre de ce fleuron du football collégial il y a une dizaine de jours a provoqué une effervescence certaine et a eu un impact immédiat sur le recrutement.

Une feuille de route éclatante

Si son curriculum vitae est peu fourni sur le plan du coaching, sa carrière fulgurante entre les traits hachurés aide la cause de Sagesse lorsque vient le temps de convaincre un jeune footballeur de joindre ses rangs.

L’ancien des Kodiaks du Collège Mont-Saint-Louis a joué quatre campagnes avec les Spartiates. Il y a raflé trois championnats entre 2003 et 2006, alors que ceux-ci se sont classés parmi les meilleurs défenses à trois reprises durant la même période. Le colosse qui faisait à l’époque 6’4″ et 189 lb a notamment été nommé joueur défensif par excellence de la division 1 en 2005 avant d’aboutir à nouveau sur l’équipe d’étoiles l’automne suivant.

Le natif d’Anjou a ensuite défendu les couleurs des Wolverines de l’Université du Michigan dans la NCAA, prenant part à 35 joutes en quatre saisons.

« J’ai revêtu les épaulettes en secondaire 5 quand je me suis rendu compte que je n’allais pas devenir le prochain Shaquille O’Neal, confie Sagesse. Je n’avais pas vraiment d’attentes, mais plusieurs entraîneurs m’avaient souvent demandé d’essayer le football. »

« Quelques années plus tard, en 2006, j’ai représenté le Canada au Championnat du monde junior U19. J’ai été nommé parmi l’élite du tournoi et j’ai terminé avec une médaille d’or à mon cou. Un moment très spécial dans mon cheminement », se remémore-t-il.

L’ex-plaqueur défensif a été repêché 25e au total par les Alouettes à l’encan 2011 de la Ligue canadienne de football. Il n’a toutefois pu se démarquer au camp d’entraînement. Son aventure professionnelle s’est terminée avec les Roughriders de Saskatchewan en 2012 à cause d’une blessure.

« Les futurs étudiants-athlètes que j’approche connaissent mon parcours. Ils savent que j’ai été un modèle autant sur le terrain que sur les bancs d’école et ont confiance en mon leadership. Ils ont conscience que je peux les aider à obtenir une bourse d’études pour aller aux États-Unis ou que je peux les aider à être un jour payés pour jouer », avance le nouveau pilote.

Des ajouts de taille à l’offensive

Le premier défi de Sagesse était d’embaucher un coordonnateur offensif pour combler le poste laissé vacant par le départ de Nicolas.

Il a persuadé Mathieu Dumulong, qui occupait cette fonction avec les Nordiques du Collège Lionel-Groux, sacrés champions de la division 2 cette année. Il était aussi en charge de l’attaque des finalistes de la division 1-b juvénile, les Scorpions de l’école secondaire Armand-Corbeil.

Or, Dumulong aura du pain sur la planche car les années fastes de 2012 et 2013 sont bien loin pour l’infanterie des Spartiates. Elle s’est classée en milieu du peloton ou plus bas pour ce qui est des points marqués depuis cette époque.

L’arrivée du prolifique porteur Théodore Seaborn aidera assurément Dumulong dans son mandat. Il a effectué 179 portées afin de cumuler 1 174 verges et douze majeurs lors de la dernière saison régulière. Des statistiques le plaçant au second rang pour les verges terrestres amassées.

En 2015, il a été nommé recrue par excellence avec une récolte 1 216 verges et neufs touchés.

« Il est clair que c’est un vol de cette classe de recrutement. Nous pouvions auparavant compter sur le demi vedette Dynell Pierre (NDLR : joueur recrue par excellence qui avait dominé le plus haut calibre collégial en 2015 avec 1 056 verges et cinq touchés). En raison de difficultés académiques, il n’a pu rejouer avec nous », commente Sagesse.

Seaborn n’est pas l’unique produit des Cactus du Collège Notre-Dame puisque le centre et ancien de l’équipe d’étoiles Samuel Quévillon, un gaillard de 6’3″ et 325 livres, le rejoindra. Tout comme les ex-joueurs des Cougars de Saint-Léonard et gardes Kelsey Elusme Antoine, 6’1″ et 325 lb, et Alexis Lévesque-Gallant d’ailleurs.

Lévesque-Gallant a été membre d’Équipe Québec à la Coupe Canada U18 en 2016. Il est un mélange de puissance et d’athlétisme grâce à ses 6’2″ et ses 272 lb.

Ceci dit, le transfert des Nordiques Jean-Sébastien Chamberland contribuera fortement au rendement de l’attaque. L’ailier rapproché de troisième année excelle pour bloquer et a des mains sûres. Il a récemment capté 16 ballons pour 124 verges et trois touchés avant les séries, puis a engrangé six réceptions, 50 verges et un doublé en demi-finale

L’imposant demi inséré Youri Gauthier est finalement une autre prise de qualité. Il a prouvé au sein des Grizzlis de Boucherville qu’il est capable de faire des attrapés contestés en se servant de ses 6’4″et 195 livres.

Les éléments en place sont source de satisfaction pour Sagesse.

« Je dois absolument louanger le travail de Chérif. J’ai aujourd’hui de bonnes bases pour bâtir l’avenir. C’est grâce à lui que j’ai pu redonner à ma façon à cette équipe dès 2012 et je lui en suis reconnaissant. Nous avons des acteurs de changement qui veulent participer à la fierté de notre programme », mentionne-t-il.

Ramener la tradition gagnante

Le Cégep du Vieux-Montréal a triomphé 11 fois en 19 participations au Bol d’or depuis ses balbutiements en 1983.

Vainqueurs d’un titre avec les Cactus en 2015, les nouveaux venus sur la ligne défensive Jeremy Lamothe Ménard (5’8″ et 200 livres) et Antoine Audet-Michaud voudront certainement remettre leurs mains rapidement sur un trophée.

Audet-Michaud a exécuté 19 plaqués en solo et 21 assistés, ajoutés à quatre passes rabattues. Il a mené l’ensemble des défenseurs de la division 1 avec 18 plaqués pour pertes, ainsi que six sacs en 2016. Sa meilleure performance est toutefois survenue en 2015 quand il a réalisé 14 sacs en neuf parties, soit le plus haut total cette année-là.

Sagesse désire ardemment remettre les standards élevés et compléter rapidement les étapes séparant sa troupe d’un couronnement. Ses ouailles doivent défendre la glorieuse histoire se retrouvant dans les coutures de leur uniforme, estime-il.

« Notre  philosophie demeure inchangée: nous n’écoutons pas nos dénigreurs. Nous savons ce que nous valons et nous voulons redevenir la crème de la crème. »

« Honnêtement, j’ai les lettres “CVM” tatouées sur le cœur. Les succès de notre club ont eu des répercussions positives sur le football québécois et j’ai été choyé quand j’étais à la place des recrues. C’est à leur tour maintenant ! », conclut le vert pilote.

Crédit photo: Florence Pin

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *