Vanier tel qu’on le connaît

D’ici le début de la saison 2018, Le Champ arrière effectuera un tour d’horizon des ligues collégiales et publiera un article de façon quotidienne sur chacune des équipes. Pour voir tout le contenu présenté jusqu’à maintenant, cliquez ici.

La reconstruction – s’il en est une – des Cheetahs de Vanier aura été brève. Après des saisons 2015 et 2016 sous les standards que le programme s’est fixé depuis tant d’années, la troupe de Peter Chryssomalis n’a pas manqué de front l’an dernier en expulsant coup sur coup du portrait éliminatoire les champions en titre et les champions de la saison régulière.

Par Arnaud Koenig-Soutière

Force est d’admettre que malgré une excellente saison, Vanier n’était pas nécessairement attendu pour disputer la finale du Bol d’or l’automne dernier. Les rouges ont néanmoins vaincu in extremis le Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy et le Phénix d’André-Grasset pour se glisser à l’horaire du match ultime, au cours duquel les Cougars de Champlain-Lennoxville se sont drastiquement imposés.

« Même si on a été déçu de notre performance [en finale], on s’est démarqué dans une ligue compétitive. On a peut-être manqué un peu de gaz à la fin », ressasse l’entraîneur-chef Peter Chryssomalis.

« Je pense que plusieurs ne nous attendaient pas aussi compétitifs l’an passé. Parfois, les gens ne voient pas les choses telles qu’elles le sont », ajoute-t-il.

Le vétéran pilote dirigeait d’ailleurs une première campagne à titre d’entraîneur-chef, et rien d’autre. Le poste à temps plein a rapporté des dividendes, croit-il. « Je pense que ça a paru sur le terrain. On s’est rendu au Bol d’or », pointe Chryssomalis, qui est notamment fier du temps de plus consacré au volet académique du programme.

Fidèle à la tradition

La participation au Bol d’or a tôt fait d’effacer le souvenir de deux saisons plus difficiles. La formation de l’arrondissement Saint-Laurent prétend maintenant à rayonner autant qu’elle a habitué les observateurs du football collégial.

«On a toujours eu une grosse défense et ça va encore être le cas. Et fidèle à notre habitude, une attaque explosive, analyse Chryssomalis. On va être compétitifs et on va se battre pour le championnat. On sait que c’est une ligue compétitive, alors on doit être prêts chaque semaine. »

Pour y arriver, les Cheetahs miseront à nouveau sur Daniel Sananes au poste de quart (rappelons que Sananes avait gagné notre cœur avec une belle crêpe bretonne, servie tout droit dans notre top-5 hebdomadaire).

Le pivot montréalais avait été particulièrement bien appuyé par Samuel Emilius, qui s’alignera maintenant avec les Minutemen de UMass. Emilius avait été le pourvoyeur de 915 des 1604 verges par la passe qu’avait cumulées Sananes.

« On ne peut pas remplacer un gars comme Sam. Il était un joueur incroyable. C’est un vrai pro. D’un point de vue physique, c’est dur de remplacer un gars comme lui. En plus, c’est tout un leader », louange Chryssomalis.

À surveiller

Jahsiah Pennicooke

Peter Chryssomalis fonde beaucoup d’espoirs en ce receveur, ancien membre d’Équipe Québec et des Hornets de Sun Youth. Pennicooke s’est exilé dans un high school en Californie l’an dernier, où il n’a toutefois pu enfiler les crampons.

« Il va prendre la ligue d’attaque cette année. C’est tout un talent. » – Peter Chryssomalis

Bryan Owusu Bekoe

Le colosse de 6’5’’ et 230 lb évoluait à la position de receveur l’an dernier. Il est toutefois passé du côté sombre de la force, lui qui s’aligne maintenant comme ailier défensif.

« Il a eu un bon hiver. Il attire déjà beaucoup d’attention des équipes universitaires. »

Xavier Ouellet

Le secondeur sherbrookois s’est fait une place dans le cœur de son entraîneur-chef, qui n’est pas avare de compliments envers son jeune protégé, qui est passé sous le bistouri pour une blessure au genou durant la saison morte.

« C’était un espoir très en vue à sa sortie du secondaire il y a quelques années. Certaines équipes l’ont peut-être oublié depuis. Je pense qu’il va avoir toute une saison. Il est probablement le secondeur le plus intelligent que je n’ai jamais dirigé. Maintenant qu’il est en santé, je pense qu’il va assurer. » – Peter Chryssomalis

Étoiles de retour

Deux joueurs étoiles qui seront de retour vont se présenter au camp d’entraînement comme des piliers de leur unité respective.

Les gardes Michael Vlahogiannis et Julian El Hajj seront les meneurs de la ligne à l’attaque, un groupe sur lequel l’équipe d’entraîneurs a mis beaucoup d’efforts au cours de la saison morte. L’unité sera accompagnée d’un nouveau guide en Woodly Jean, « un des meilleurs entraîneurs à sa position au Québec », selon Chryssomalis.

« On doit être meilleur sur la ligne à l’attaque. C’est vraiment l’un des aspects qu’on voulait améliorer », confie-t-il, vantant les nouveaux venus Ming Xi Cui et Alin Silvian Buruiana.

Le demi de coin Ben Labrosse, lui aussi étoilé en 2017, devrait aussi s’imposer comme un leader en défense. Il pourra compter sur un allié inattendu au poste de secondeur, alors que Dawson Pierre étudiera à Vanier plutôt qu’à Saint-Jean cet automne.

Les Cheetahs en chiffres

Points pour : 280 points

Points contre : 183 points

Fiche : 7 victoires, 2 défaites

Défaite en finale du Bol d’or

Dernier championnat en 2012

8 victoires du Bol d’or depuis l’avènement de la division 1

Crédits photos : Tirées de Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *