Nomades | Une confiance à rebâtir

D’ici le début de la saison 2018, Le Champ arrière effectuera un tour d’horizon des ligues collégiales et publiera un article de façon quotidienne sur chacune des équipes. Pour voir tout le contenu présenté jusqu’à maintenant, cliquez ici.

L’expérience tantôt prometteuse, tantôt déprimante aura duré 12 ans. Après n’avoir obtenu qu’un gain à ses 22 derniers matchs, le moment était venu pour les Nomades de Montmorency de quitter la division 1.

Par Arnaud Koenig-Soutière

Le changement ne s’est pas fait de guettée de cœur. Si le début de la saison 2015 était chargé de promesses après trois victoires lors des quatre premiers matchs, la dégringolade qui s’en est suivie aura mené les Nomades à aboutir dans la division médiane pour la saison à venir.

« Notre groupe d’entraîneurs et nos joueurs sont extrêmement compétitifs. C’est sûr que ç’a été une grande déception », avoue l’entraîneur-chef Frédéric Morissette.

Insatisfait de cette décision, le Cégep a porté sa cause en appel, mais sans succès. La déception s’avère toutefois une occasion de rebâtir un programme qui a manqué de confiance lors des dernières saisons, selon le pilote.

« Après coup, tu sais quoi, du football reste du football. On travaille et on recrute de la même façon que si on était en division 1. Est-ce qu’il était temps? C’est sûr que lorsqu’on regarde notre ratio victoire-défaite des dernières années, ça peut être bien de se refaire une image et montrer qu’on peut être une équipe gagnante sur plusieurs années », philosophe celui qui a piloté l’attaque lavalloise comme quart de 2007 à 2009.

 

Question de stabilité

Force est d’admettre que les insuccès des Nomades en division 1 ont de quoi surprendre.

De nombreux programmes garnis de jeunes talentueux comme celui de la polyvalente Curé-Antoine-Labelle et du Collège de Laval sont à quelques pâtés de maison. Sans compter la proximité de la Rive-Nord et de l’île de Montréal.

Les histoires à succès du passé montrent toutefois que les Nomades n’étaient pas complètement dans le champ gauche de ce côté, avec pour preuve le passage de joueurs de grand talent comme Eli Bouka, Antoine Pruneau, Félix Ménard-Brière et Gabriel Cousineau, pour ne nommer qu’eux.

« Si on regarde toutes ligues confondues, que ce soit juvénile, collégial ou universitaire, les équipes qui ont un très, très grand succès, ça part de la stabilité des entraîneurs, et surtout de l’entraîneur-chef », estime Morissette, qui en sera à sa troisième saison à la barre de l’équipe.

« À Montmorency, on a eu trois entraîneurs-chefs en quatre ans », évoque-t-il, en référence aux brefs séjours de Paul-Eddy Saint-Vilien et Yanick Clément aux commandes du groupe.

« La clé, c’est la stabilité. Mon objectif est de rester très longtemps pour ramener le programme là où il devrait être », lance Morissette.

Les Nomades en chiffres (en division 1)

Points pour : 157 points

Points contre : 356 points

Fiche : 1 victoire, 8 défaites

Dernière participation au Bol d’or en 2005 (dernière saison en division 2)

Explosive

Pour arriver à redorer le blason lavallois, Frédéric Morissette pourra compter sur sa « meilleure édition » depuis son arrivée à la tête du programme.

« On peut rivaliser contre les meilleures équipes, croit-il. Mais c’est sûr qu’on ne les connaît pas et on n’a jamais été sur le terrain avec eux. Seul l’avenir nous le dira. »

L’entraîneur entrevoit une formation entière axée sur la vitesse, tant offensivement que défensivement. « Ça va bouger beaucoup et ça ne sera pas statique », promet Morissette, qui sera appuyé par un coordonnateur des unités spéciales d’expérience en Charles Héroux. Ce dernier a quitté les Cheetahs de Vanier après une association de 11 ans, ponctuée de trois championnats.

L’attaque sera surtout menée par le groupe de receveurs. Mathieu Renault et Frédérick Antoine ont été respectivement les 6e et 7e receveurs les plus productifs de la division 1 l’an dernier. S’ajoute également Paul-Antoine Ouellette, un colosse de 6’4’’ et 210 lb. « On devrait avoir beaucoup de plaisir dans les airs! », lance le pilote.

Le poste de quart laissé vacant par le départ de Benjamin Pelletier pour les Carabins de l’Université de Montréal est toujours disponible. Deux recrues se disputent le rôle de partant : Marc-Antoine Allard, un produit des Patriotes de Saint-Stanislas et membre d’Équipe Québec, ainsi que Sébastien Lauzière, qui a gradué du Collège Letendre.

« Présentement Marc-Antoine fait très bien. Sauf que je laisse la bataille ouverte pour le camp », laisse planer Frédéric Morissette.

À surveiller

Bertrand Beaulieu

Le joueur de ligne défensive a terminé au quatrième rang pour le nombre de plaqués en division 1 l’an dernier avec 56,5 hommes rabattus, le plus haut total pour un joueur à sa position. Ses six sacs du quart lui ont valu le deuxième rang à ce chapitre.

Beaulieu, un ancien porteur au niveau secondeur, en sera à sa dernière saison à Montmorency.

« Il devrait être une force en défensive et va créer énormément de problème. Il mesure 6’2’’ et pèse 255 lb, mais il bouge comme quelqu’un qui en pèse 200 », vante Frédéric Morissette.

Frédérick Antoine

Le rapide receveur a le potentiel d’être de créer des étincelles à l’instant où il foule le terrain. Il a figuré parmi les meneurs chez les receveurs à chacune de ses deux saisons en division 1. Il reçoit beaucoup d’attention au sud de la frontière, alors que les universités Temple et Fresno State lui ont déjà offert une bourse d’études.

« Il est très explosif. Dès qu’il touche le ballon, il peut changer ça en un long gain. » – Frédéric Morissette

Crédits photos : Tirées de Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *