Garneau, comme dans le bon vieux temps

D’ici le début de la saison 2018, Le Champ arrière effectuera un tour d’horizon des ligues collégiales et publiera un article de façon quotidienne sur chacune des équipes. Pour voir tout le contenu présenté jusqu’à maintenant, cliquez ici.

Après avoir vu son équipe risquer d’être reléguée en division 2, l’entraîneur-chef des Élans du Cégep Garneau, Claude Juneau, est d’avis que la pluie a cessé de s’abattre sur son programme, qui est à court d’une fiche gagnante depuis 2012.

Par Frédéric Marcoux

Un des facteurs pouvant être à l’origine de ce creux de vague est l’arrivée des trois autres formations de Québec dans le circuit. Le Campus Notre-Dame-de-Foy et les Faucons de Lévis-Lauzon ont fait le grand saut en 2012, tandis que les Titans de Limoilou ont rejoint la division 1 en 2015, rendant le recrutement plus compétitif que jamais, tout en bonifiant la parité.

«On approche la saison avec beaucoup d’optimisme et on regarde en avant. […] Le cliché d’underdog peut être intéressant cette année. Tant mieux si les gens nous prennent comme ça», de confier Claude Juneau.

Celui qui dirige le programme depuis cinq ans croit fermement que le retour de Patrick Boies comme coordonnateur à l’attaque et de Francis Boivin qui aura les mêmes responsabilités pour la défensive ramènera le beau temps présent lors des belles années du programme. Les deux hommes ont connu les conquêtes du Bol d’or de 2008 et de 2011. « Je sens que j’ai mis sur pied un personnel d’entraîneurs qui est en mesure de prodiguer des conseils aux jeunes et de les former, insiste Claude Juneau. On a un staff qui allie expérience et intensité. C’est intéressant pour notre équipe.»

L’entraîneur-chef des Élans n’est pas inquiet pour l’avenir de son programme. En décembre dernier, les Élans ont dû rencontrer un comité du RSEQ pour étudier la possibilité de reléguer le programme en division 2. Une équipe doit gagner le quart de ses matchs, en deux ans, pour ne pas s’exposer à un risque de relégation. Or, les Élans ont gagné 22% de leurs derniers duels.

«On ne s’est pas caché, on a eu à passer devant le comité. Je pense au sérieux de l’institution et le fait qu’on gradue environ près d’une vingtaine de finissants, chaque année, qui passent au prochain niveau universitaire. On regarde en avant. Maintenant c’est à nous d’aller chercher nos lettres de noblesse au niveau de la ligue», a fait savoir coach Juneau, énumérant au passage l’investissement et l’encadrement académique qu’a faits le cégep pour demeurer en première division. 

 

Attaque explosive

Claude Juneau s’attend à lutter pour disputer un match éliminatoire. Il reconnait qu’une grande parité est présente au sein de la division, d’autant plus que quatre formations de Québec sont maintenant présentes dans le circuit. Juneau prévoit toutefois que « la vitesse et le côté explosif » de sa formation aideront les Élans en 2018.

« Offensivement, je pense qu’on va avoir une équipe explosive, argue l’entraîneur-chef. On a trois bons jeunes quarts-arrière qui vont être capables de se démarquer (Tristan Blais, Maxime Lambert et Charles Goulet). Ça va être une bataille. Notre groupe de porteurs de ballon est un bon mélange de gars solides et aguerris.»

Claude Juneau s’attend à de belles choses du porteur de deuxième année Émile Malenfant. Ce dernier a complété la dernière campagne avec une moyenne de 6,8 verges par course, ce qui lui  a permis de collecter 589 verges de gain au sol. Le pilote des Élans a aussi souligné le retour de Christophe Tremblay-Harnois, de Karl Moughaghab, ainsi que la versatilité d’une recrue qui provient des Corsaires de Pointe-Lévy, Olivier Lapointe.

«Pour ce qui est des receveurs, un gars comme Étienne Landry du Séminaire Saint-François qui a fait Équipe Québec, je pense que c’est un gars qui va tirer son épingle du jeu. Un vétéran comme Mathieu Hudon, on voit sa progression et il aspire à de belles performances. Il va compétitionner avec les meilleurs du circuit. »

«Défensivement, on a un lot de gars qui ont été capables de s’épanouir, poursuit Juneau. Thomas Landry a joué avec Équipe Canada et il est de retour avec nous dans la tertiaire. Goeffrey Cantin est lui aussi de retour. Il a obtenu une bourse avec Syracuse (NCAA). Il va arriver avec une intensité et un physique qui va lui permettre d’être dominant. Ayman Cissé va être un pilier sur notre ligne défensive. On a beaucoup de vitesse sur les coins de ligne également.»

Aux yeux de Claude Juneau, il est impensable d’approcher l’année avec un complexe d’infériorité. Son but est d’aligner les victoires pour se qualifier pour les matchs éliminatoires. La première rencontre aura lieu face aux Faucons du Cégep Lévis-Lauzon, le 24 août prochain.

Les Élans en chiffres

Fiches en 2017: 1 victoire et 8 défaites

Points pour: 183 points

Points contre: 315 points

Sous la barre des .500 depuis 2012

 

Photos tirées de Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *