Morand s’impose et livre la marchandise

L’attaque des Carabins (2-1) a profité de son premier voyage de la saison, à Sherbrooke, pour retrouver sa touche offensive. Asnnel Robo et Dimitri Morand ont tôt fait de créer un gouffre les séparant du Vert & Or (0-4) pour mener les leurs à une victoire sans équivoque de 43-11.

Par Félix St-Aubin

Le pointage final n’est cependant pas un indicateur de la domination nette de l’Université de Montréal. Quatre des cinq premières séries à l’attaque ont pris fin dans la zone payante. L’autre a permis d’inscrire un placement.

Et un cinquième touché offensif a plus tard été enregistré avant la mi-temps. Le sort de la rencontre était déjà jeté avant sa seconde portion.

À titre indicatif, l’unité défensive des Renards a finalement stoppé Morand et son bataillon après la pause des trois minutes au deuxième quart. Limités à deux majeurs, soit un par match, avant de croiser le Vert & Or, les Bleus se sont vigoureusement sortis de leur marasme.

« L’attaque a finalement débloqué. On savait qu’on était proches et que c’était une question de détails, soutient le coordonnateur offensif Gabriel Cousineau. En première demie, on a pris le momentum et ç’a bien été. Il faut apprendre à mieux finir les matchs, mais je suis content d’avoir pu voir beaucoup de joueurs en action. »

Le réveil de l’attaque s’est traduit par une performance étincelante du jeu aérien.

L’imposant receveur de passes Régis Cibasu a eu son mot à dire dans la prestation inspirée de Morand. L’invité au minicamp des Bears de Chicago au printemps dernier a capté 8 ballons pour 163 verges et 1 touché.

Cibasu a du coup été nommé joueur offensif par excellence au Québec. La défense du Vert & Or n’a jamais su comment ralentir celui qui utilise judicieusement son gabarit avantageux pour faire avancer les chaîneurs.

« On avait du synchronisme en attaque, a mentionné l’entraîneur-chef Danny Maciocia. Dimitri a très bien géré et on peut dire mission accomplie après 30 minutes de jeu. »

Morand a cimenté sa position au sommet de l’organigramme des quarts-arrières des Carabins avec ses 283 verges de gains grâce à 19 passes complétées en 26 tentatives (73,1 %) et 3 touchés, 2 par la passe et 1 au sol, contre 1 interception.

Robo, la bougie d’allumage

La confrontation a mis aux prises deux porteurs de ballon émérites avec Robo dans le camp des visiteurs et Gabriel Polan chez les locaux. Le premier a sans contredit remporté la palme.

L’auteur de 2 touchés terrestres grâce à 9 portées pour 104 verges (11,6 verges par course) domine actuellement ses homologues du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) dans toutes les catégories.

Comme Robo s’impose fermement dans les deux sphères de l’attaque, sa présence est plus que bénéfique pour le développement de Morand. Le brio du quintette offensif pour protéger le quart de deuxième année ne peut être passé sous le silence.

Le front du Vert & Or n’a jamais su l’embêter un tant soit peu durant l’après-midi. Le contraste est profond avec la soirée qu’a connue Hugo Richard en lever de rideau du calendrier.

Malgré tout, deux ombres se retrouvent au tableau montréalais.

Les Carabins n’ont su transposer leur rendement de la première demie à la seconde, alors que quelques petites erreurs se sont glissées ici et là. Et l’indiscipline s’est à nouveau insérée dans le jeu des Bleus, punis 13 fois pour 144 verges aux 3e et 4e quarts contre 2 infractions totalisant 25 verges avant la mi-parcours.

Les protégés de Maciocia ferment encore la marche cette saison en ce qui concerne les verges accordées par match (132) à leurs adversaires à la suite de pénalités. Ils sont abonnés au dernier échelon du RSEQ depuis 2012, soit six campagnes consécutives.

Les esprits se sont échauffés à maintes reprises à l’issue de la pause, tout le contraire de la poignée de main chaleureuse entre l’instructeur des quarts Jason Hogan et l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

L’animosité des derniers jours a effectivement laissé place à une étreinte amicale.

Des Renards en position précaire

Le Vert & Or profitera de sa première semaine de congés le week-end prochain avant d’amorcer la deuxième portion de la saison.

Défaits par chacune des universités, les hommes de Lecompte auront fort à faire afin de déloger les Stingers (2-1) ou les Redmen (1-2) pour ainsi intégrer les éliminatoires.

L’attaque est au ralenti avec deux touchés en quatre matchs, mais la défense effectue un excellent boulot pour maintenir les rivaux à proximité. Ce n’était toutefois pas le cas face aux Bleus.

Xavier Owens offre au coordonnateur offensif Rémi Giguère la meilleure option au poste de quart. La situation n’était pas optimale pour renouer avec l’action après une absence de deux rencontres en raison d’une commotion cérébrale.

« J’ai connu un début de match un peu hésitant et peut-être un peu trop prudent, mais je me sentais de mieux en mieux plus ça avançait. J’étais prêt à 100 % à revenir au jeu et suis content de pouvoir contribuer à aider de nouveau mon équipe, commente Owens.

« On a beaucoup mieux joué en deuxième demie, mais il faudra mieux exécuter en attaque et faire attention aux détails pour avoir plus de succès, poursuit-il. On a du travail qui nous attend aux entraînements. La semaine de repos sera […] la bienvenue. »

Ladite semaine de congés lui servira pour étudier la défense des Carabins, la prochaine qu’il affrontera le 28 septembre. Il s’agira d’un bon test avant l’important choc face aux Redmen, un duel qui fera probablement foi de tout dans la quête du Vert & Or d’obtenir un billet éliminatoire.

La pente semble peut-être abrupte, mais la confiance de Lecompte à l’endroit de ses ouailles n’a pas diminué.

« On a gagné la deuxième demie et j’ai aimé la façon qu’on est revenus au terme de la mi-temps, après avoir été dominés physiquement et aux points par les Carabins.  On aurait pu faire encore mieux dans les deux derniers quarts si on avait été plus décisifs durant les occasions que nous avions de marquer. J’ai confiance en cette jeune équipe. On a du talent et on ne baisse jamais les bras. C’est la culture qu’on veut instaurer au Vert & Or », confie le pilote.

Crédits photos : Carabins de l’Université de Montréal – Olivier Ouimet

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *