Prise 2 pour l’attaque des Carabins

Les porte-couleurs offensifs des Carabins de l’Université de Montréal (4-1) ont eu besoin de quelques rencontres avant d’être sur la même longueur d’onde. Maintenant qu’ils se retrouvent sur la même fréquence, Dimitri Morand, Asnnel Robo, Régis Cibasu et Louis-Mathieu Normandin donnent du fil à retordre aux défenses adverses.

Par Félix St-Aubin

L’attaque des Bleus a mis trois matchs, soit un préparatoire contre les Ravens de l’Université Carleton (4-2) et deux en saison face aux Redmen de l’Université McGill (1-3) ainsi qu’au Rouge et Or de l’Université Laval (5-0), avant de se mettre en marche et d’accumuler les points à un rythme soutenu.

Ces trois confrontations ont essentiellement permis au coordonnateur offensif recrue Gabriel Cousineau et à l’entraîneur-chef Danny Maciocia de confirmer la passation des pouvoirs au poste de quart.

Les trois suivantes ont soutenu les propos favorables de Maciocia lorsqu’il fait état du potentiel de Morand.

Dans son cas, le tournant s’est produit durant la visite du Rouge et Or au CEPSUM quand il est venu en relève à Gabriel Archambault. L’expérience acquise face à la meilleure défense au pays au chapitre des points accordés par affrontement (5,2) l’a aidé à progresser par la suite.

Une semaine plus tard, cinq séquences offensives ont pris fin dans la zone payante avant la mi-temps. Deux performances semblables, incluant un triomphe record de 74-3 des Carabins contre les Stingers de l’Université Concordia (2-3), ont ensuite été enregistrées pour boucler un premier mois d’activités qui a su satisfaire le groupe d’instructeurs.

Ce nouveau visage présenté par l’attaque montréalaise a joué un grand rôle dans la récolte de 200 points en 5 confrontations, un sommet dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).

Un grand rôle, certes, mais la défense a également eu son mot à dire dans l’explosion de 160 points lors des 3 derniers duels. Trois majeurs, pour porter le total à six cette année, ont été inscrits par le bataillon de Maciocia, sans oublier six touchés de sûreté.

Un élan qui arrive à point

La poussée qui porte l’unité offensive s’est matérialisée avant un voyage au stade Telus-UL, dimanche, qui devrait selon toute vraisemblance déterminer l’équipe hôtesse de la Coupe Dunsmore.

Lors du précédent rendez-vous, il semblait acquis en seconde demie que les Bleus ne combleraient pas le retard sur les Rouges, et ce, même si l’écart n’avait rien d’un gouffre. Le ballon n’avançait pas aisément, la tertiaire lavalloise dominait Morand et son groupe de receveurs peinait.

N’eût été la prestation du porteur de ballon Asnnel Robo et de ses comparses dans le champ arrière, les moments de réjouissance auraient été bien moindres.

Morand et sa troupe à l’attaque jouent actuellement avec confiance, comme le faisait remarquer Cousineau à l’issue de la victoire de 43-2 vendredi au CEPSUM contre le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke (0-5).

Cette assurance sera accueillie à bras ouverts par Morand lorsqu’il mettra le pied pour la première fois dans le château fort de Glen Constantin en tant que quart partant. Ce n’est d’ailleurs pas dans les habitudes de l’unité de Marc Fortier d’être des plus accueillantes avec les visiteurs.

Si la défense du Rouge et Or concède du terrain à celle des Carabins en matière de jeux explosifs, elle se retrouve au coude-à-coude en ce qui a trait à l’efficacité pour stopper ses rivaux. Seulement trois séries offensives ont atteint la red zone en cinq matchs. Ils n’ont pas été plus permissifs en ce qui concerne les touchés (2) et les placements (2) accordés.

D’un côté comme de l’autre, des joueurs vedettes s’installent sur la ligne défensive, dans le groupe de secondeurs ou parmi les membres de la tertiaire. Le demi défensif Gabriel Ouellet, qui enregistre principalement ses succès face aux Carabins, sera l’un des joueurs que Morand devra éviter.

Betts touche à l’histoire

Un record d’envergure sera à la portée de l’ailier défensif Mathieu Betts pour une deuxième fin de semaine d’affilée.

Celui-ci est nouvellement comeneur du plus grand nombre de sacs réalisés au football universitaire québécois (31,5). Il partage le trône avec Jim Aru, un chasseur de quarts des Gaels de l’Université Queen’s qui a sévi dans le circuit ontarien de 1994 à 1998.

Le secondeur Dan Basambombo, Betts et Ouellet avaient combiné leurs efforts pour éteindre l’attaque des Carabins il y a près d’un mois. Morand aura à se méfier du trio s’il veut éviter les revirements. Même son de cloche pour Hugo Richard, qui devra notamment avoir à l’œil le demi défensif Marc-Antoine Dequoy, le secondeur Jean-Philippe Lévesque ainsi que l’ailier défensif Benoit Marion.

Les forces en présence de part et d’autre laissent présager un énième duel âprement disputé, comme l’ont été la forte majorité des 13 affrontements de l’ère Richard qui s’est amorcée en 2014.

L’écart après les coups de sifflet finaux a été de 6 points ou moins dans 11 duels pendant cette période. Tout indique que le 14e chapitre, et fort possible avant-dernier, s’inscrira dans cette lignée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *