Division 1 : le meilleur football au Québec

Tout le monde attendait – avec raison – le Phénix d’André-Grasset, dans une saison en division 1 qui s’est avérée l’une des plus relevées de l’histoire récente du football collégial au Québec.

Par Arnaud Koenig-Soutière

Le Phénix a finalement terminé au premier rang comme plusieurs pouvaient s’y attendre. Sauf que leur parcours n’a pas été de tout repos, à l’image de l’ensemble de la saison en D1.

La majorité des entraîneurs nous l’avaient confié avant le coup d’envoi : la ligue n’a jamais été aussi paritaire et tout le monde peut trébucher d’un week-end à l’autre. « C’est le meilleur football au Québec, toutes ligues et tous niveaux confondus », postulait même un entraîneur.

Malgré la plus grosse puissance offensive de la ligue, le Phénix s’est incliné face aux Cheetahs de Vanier (6-3) et aux Géants de Saint-Jean (5-4). Autre signe de parité : quelques semaines avant leur victoire face aux Grassetois, les Géants s’étaient inclinés face aux Nordiques de Lionel-Groulx, qui savouraient ainsi leur premier gain en division 1 et unique victoire de la saison.

C’est sans compter les écarts de pointages extrêmement minces qui, semaine après semaine, ont donné droit à du football enlevant. Certes, certaines rencontres à sens uniques se sont glissées dans le portrait, mais rien pour discréditer une formation ou une autre.

Le mot d’ordre pour les séries : les favoris – s’il y en a – devront tenir les rangs serrés.

Rouleau compresseur

Sans surprise, André-Grasset a pu compter sur l’attaque la plus prolifique de la division, en grande partie grâce au brio du duo composé du quart Jonathan Sénécal et Kevin Mitale.

Au risque de se répéter, les deux comparses ont réécrit le livre des records du circuit collégial le plus relevé au Québec.

Le compteur de passes de touché de Sénécal s’est arrêté à 27 relais fructueux, bon pour la deuxième meilleure récolte de l’histoire… derrière lui-même (31 à son année recrue). Mises ensemble, ces deux saisons l’ont propulsé au premier rang pour les passes de touché en carrière avec 58. (A-t-on besoin de rappeler qu’il lui reste toujours une saison à jouer?) À titre comparatif, Jérémi Roch et Hugo Richard, qui peuvent aisément être mentionnés parmi les meilleurs quarts québécois, avaient engrangé respectivement 55 et 46 passes de touché en trois saisons.

Quant à Mitale, il a fracassé un record vieux de huit ans qui appartenait à l’ancien des Cheetah, Matthew Norzil. Le receveur a capté 17 passes de touché cette saison, éclipsant la marque précédente de 15 établie par Norzil. Notons que Mitale s’est installé confortablement au sommet des touchés par la passe en carrière avec 35 en trois saisons, le plus proche étant Norzil à 23.

Quarts de finale (3 matchs, tous samedi – André-Grasset dispose d’un bye)

13h  – Garneau visite Champlain-Lennoxville

18h – Saint-Jean-sur-Richelieu visite Vanier

19h – Notre-Dame-de-Foy visite Vieux-Montréal

Crédit photo : capture d’écran RSEQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *