Les Spartiates tout près du but

Par sa puissance et son savoir-faire, l’armée spartiate a su se forger une réputation sans précédent sur les champs de bataille, des centaines d’années avant J-C. Les représentants du Cégep du Vieux Montréal comptent bien imiter leurs homonymes en 2019, le tout en régnant non pas sur la Grèce, mais bien au sein de la première division collégiale.

Par Luc Turgeon

« Nous voulons continuer la progression faite depuis mon arrivée en poste. Nous sommes près du but, mais nous ne sommes pas encore rendus », a d’abord assuré l’entraîneur-chef Renaldo Sagesse.

L’an dernier, les Spartiates ont cumulé une fiche de 7 victoires et 2 défaites, pour finalement s’avouer vaincus en demi-finale devant les Élans du Cégep Garneau. Un effectif comprenant très peu de failles porte à croire que le CVM figure une fois de plus parmi les équipes favorites pour se rendre jusqu’au bout.

Les Spartiates en 2018

Fiche de 7 victoires et 2 défaites
295 points pour
242 points contre
Défaite en demi-finale

« Je ne veux pas me concentrer sur la fin du processus, mais bien sur le processus dans son ensemble. Je veux m’assurer que jour après jour, les gars travaillent fort, les gars travaillent bien et qu’ils font ce que nous leur demandons. D’habitude, de belles choses ressortent quand ça arrive », a indiqué Sagesse, à la barre du programme depuis 2017.

À l’image du roi Léonidas 1er, c’est d’une pleine confiance envers ses troupes que le commandant appréhende la prochaine campagne. « En tant qu’ancien joueur du Vieux, j’ai toujours eu cette mentalité-là, comme quoi nous sommes l’équipe à battre et nous voulons que le programme demeure à un bon niveau. »

« Nous voulons nous assurer de faire le travail nécessaire pour terminer de la bonne manière. Nous allons devoir battre toutes les équipes, alors mieux vaut nous concentrer sur nous. »

Armés jusqu’aux dents

L’unité offensive des Spartiates a de quoi faire paraître les épées, les lances et les boucliers des guerriers du même nom complètement désuets. De ce lot, le quart-arrière Arnaud Desjardins sera de retour pour une troisième année à titre de partant, accompagné du receveur étoilé Malick Meiga, qui s’est entendu avec les Nittany Lions de l’Université Penn State pour 2020.

Selon l’ancien du Vieux Montréal et de l’Université du Michigan, une des forces des Spartiates a toujours été la capacité à attirer des joueurs provenant de différents milieux au sein de son bataillon. « Nous avons réussi à aller chercher beaucoup de gars talentueux, il ne reste plus qu’à les mettre sur les bonnes chaises pour qu’ils puissent connaître du succès », a fait savoir Sagesse.

Parmi tous les footballeurs qui ont rejoint les rangs du Vieux Montréal, Kalenga Muganda sera définitivement à surveiller, lui qui risque d’être au cœur des stratégies défensives des formations adverses. Possiblement le meilleur joueur de l’histoire du juvénile Division 1 à l’époque où il a porté les couleurs du Blizzard du Séminaire Saint-François, Muganda est revenu au Québec après un court séjour avec les Tigers du Woodberry Forest School, où il a été renvoyé de l’établissement scolaire et n’a disputé qu’une saison.

Néanmoins, le talent du porteur de ballon est indéniable et risque de faire écarquiller bien des yeux en Division 1. « Non seulement c’est un gars très très bon, mais il a une excellente attitude. Il n’est pas arrogant et veut toujours apprendre. Par sa présence, ç’a monté le niveau de tout notre groupe de porteurs et de notre attaque en général », a vanté Renaldo Sagesse.

Beaucoup d’armes, certes, mais est-ce que la ligne à l’attaque sera en mesure d’appuyer ces athlètes d’exception? « Nous avons la chance de pouvoir compter sur une ligne à maturité et les gars jouent ensemble depuis plus de deux ans. Nous avons beaucoup de talent et ça apporte une belle compétition à l’interne », répond le pilote du CVM.

En défense, le départ de Medley Joseph sera comblé par plusieurs joueurs qui tenteront de mieux faire que l’an dernier, où l’unité avait accordé 242 points en saison régulière. « Nous allons devoir nous assurer de ne pas donner de gros jeux, c’est ce qui nous a fait mal paraître parfois l’an dernier. Nous devons jouer du bon football quand ça compte. »

À surveiller

Antoine Audet-Michaud, ligne défensive
En 2018 : 16 plaqués, dont 4 pour des pertes

« Il apporte beaucoup de leadership pour nous cette saison. Il a eu des problèmes de blessure par le passé, mais là, il est en santé et il va tout faire pour que sa dernière saison au Vieux se termine comme il le souhaite. »

 

Photo en une: Facebook/floharnois Photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *