Cheetahs | D’éternels rivaux, un défi de taille

Le jeune alignement des Cheetahs de Vanier fera face à l’un de ses plus grands défis ce soir en visitant leurs éternels rivaux du Vieux Montréal, qui plus est probablement l’équipe favorite en route vers le Bol d’or.

Par Arnaud Koenig-Soutière

En lever de rideau, les jeunes Cheetahs ont trébuché face aux Élans de Garneau au compte de 20-14. Puis, ils se sont rapidement relevés en écrasant les Géants de Saint-Jean par la marque de 42-9.

« On avait plusieurs joueurs de premières années qui ont fait leurs débuts. On a fait face à une bonne équipe en Garneau. Ils ont appris de cette expérience », estime l’entraîneur-chef Peter Chryssomalis.

D’une semaine à l’autre, la formation a présenté un visage nouveau, de l’avis de l’entraîneur-chef de longue date.

Maintenant, dès la troisième semaine, le défi s’annonce particulièrement relevé. Vanier se frottera aux Spartiates du Vieux Montréal, de farouches rivaux depuis les balbutiements de la division 1. En plus de l’intensité inhérente à ces affrontements tout montréalais, le Vieux-Montréal apparaît comme l’équipe à vaincre au Québec, en dépit de la parité qui règne sur le circuit.

« Je pense qu’on va voir quel genre d’équipe on a, estime coach Chryssomalis. Ils ont une bonne attaque et un quart très, très solide [en Arnaud Desjardins]. Avec la blessure de Jonathan Sénécal pour l’année, il est probablement le meilleur quart de la ligue actuellement. Ils peuvent vous battre par le sol et les airs. »

Le CVM a rossé les Cougars de Champlain-Lennoxville par 54-0 lors de leur première sortie, avant de disposer au compte de 31-17 le CNDF, la semaine suivante.

« Ils jouent bien, il faut leur donner crédit. Mais je pense qu’ils ne sont pas tant que ça au-dessus de la mêlée comme on pourrait être porté à le croire », nuance le pilote d’expérience.

À surveiller

Vincent Desjardins, receveur

Le receveur de deuxième année a été nommé recrue par excellence au sein de l’équipe l’an dernier. Il avait été le deuxième receveur le plus productif de la formation avec 245 verges de gain et un touché. En deux matchs, il compte déjà 22 passes captées pour 75 verges.

Ben LaBrosse, demi de coin

Labrosse en sera à une dernière année avant de passer chez nos voisins du sud avec l’Orange de l’Université Syracuse. Il avait été nommé joueur défensif par excellence de la ligue en 2018, notamment grâce à ses 9 passes rabattues, ses 4 interceptions et sa présence continuelle au point de contact. « Il est un joueur clé. Il est dans sa zone », affirme Peter Chryssomalis au sujet de l’étudiant-athlète qui a produit 12 points contre Saint-Jean à l’aide de deux interceptions retournées dans la zone des buts.

George Aifantis, secondeur

Le secondeur de deuxième année a connu un début de saison sur les chapeaux de roue. En deux affrontements, il compte déjà 14 plaqués, 3 sacs du quart et 5 plaqués pour pertes, ce qui le place déjà au-delà de ses statistiques récoltées à sa saison recrue.

Potentiel à découvrir

Une équipe jeune à ne pas prendre à la légère : c’est probablement la description qui sied le mieux aux Cheetahs de Vanier cette saison.

Le réputé programme passe outre le fait qu’il compte seulement 10 vétérans de troisième année dans son alignement, selon l’entraîneur. À ce groupe de vétérans, dont fait partie l’excellent demi de coin Benjamin Labrosse, s’ajoutent des recrues qui s’attèlent à la tâche dès leurs débuts collégiaux.

C’est le cas du quart Éloa Latendresse-Régimbald, qui a dû frapper en relève de William Vandelac tôt dans la saison, lui qui s’est blessé dès la troisième série à l’attaque du premier match. Vandelac a vu de l’action au 4e quart contre Saint-Jean et devrait être en mesure de replonger dans l’action prochainement. C’est néanmoins le pivot recrue qui sera d’office pour faire face au CVM.

« Nos quarts vont être de calibre, assure l’entraîneur. En attaque, je pense qu’on peut être aussi explosif que le CVM. Je pense que c’est juste une question de temps. »

« La défense en est une de qualité. Cette année, je pense qu’on a une bonne recette. On va être très solide », juge-t-il, appuyé par le fait que sa défense, avec 29 points alloués en deux matchs, pointe présentement au troisième rang de la division, ex aequo avec Garneau.

« On est une jeune équipe avec beaucoup de potentiel, poursuit Peter Chryssomalis. La chimie est bonne. Je veux voir de la progression chaque semaine. En somme, je pense qu’on est des prétendants légitimes au Bol d’or. »

Crédit photo : Page Facebook Vanier College Athletics & Alumni

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *