Changement de programme à André-Grasset

La saison du Phénix d’André-Grasset n’était vieille que de quelques minutes quand son cours a basculé. Des records à battre ont laissé place à une défense de titre qui devrait s’avérer un peu plus ardue qu’annoncée.

Par Arnaud Koenig-Soutière

Les derniers champions du Bol d’or amorçaient leur campagne contre les Titans de Limoilou le 24 août. La rencontre amorcée depuis à peine cinq minutes a pris une tournure dramatique quand le quart de troisième année Jonathan Sénécal a trébuché lors d’une dérobade.

Le meilleur joueur collégial au Québec n’est pas revenu dans le match. La blessure semblait sérieuse. Et elle l’était.

La nouvelle a été annoncée aux joueurs le 3 septembre dernier, au début de la semaine de pratiques, en vue de la troisième semaine d’activités. Verdict : ligament croisé antérieur déchiré au genou gauche. La saison de Sénécal, dont la destinée était de pulvériser les records de la division cette saison, venait du coup de prendre fin officiellement.

« Il va falloir que tout le monde en fasse plus pour compenser. C’était non seulement le MVP de la ligue l’an passé, mais aussi l’un des meilleurs quarts-arrières qui a joué au collégial dans les 25 dernières années », estime l’entraîneur-chef du Phénix, Tony Iadeluca.

« Il était rendu à un niveau où il comprend le jeu exceptionnellement, vante-t-il. On n’aura pas eu la chance de voir à quel point il est bon. »

Les nombreux records que Sénécal entendait faire tomber cet automne resteront donc intouchés. Un appel entrant en provenance des États-Unis est venu mettre un baume après qu’il eut appris abruptement que son séjour collégial était terminé.

« L’entraîneur-chef de UConn [Randy Edsall] l’a appelé pour lui dire que ça ne changerait rien pour sa bourse. [Jonathan] était inquiet avec ça, mais l’entraîneur-chef lui a dit qu’il n’y avait pas d’inquiétude à y avoir et qu’il l’accueillerait comme prévu au mois de janvier », relate Iadeluca, glissant que Sénécal gravitera dans l’entourage de l’équipe, notamment en étant présent parmi l’équipe d’entraîneurs postée dans les gradins pendant le match.

Bon départ

La perte d’un joueur d’une telle envergure a un côté révélateur pour connaître de quel bois se chauffe foncièrement une formation.

Nul doute, le Phénix a relevé ce test avec brio.

Malgré la perte de Sénécal, les étudiants-athlètes d’André-Grasset ont enfilé de franches victoires à leurs trois premières sorties. Même en utilisant trois pivots différents. Les recrues Théo Leblanc et Xavier Tremblay ont repris le collier, guidant leur troupe à des gains de 44-3 contre Limoilou, 28-20 contre Champlain-Lennoxville et 34-10 contre Garneau.

« Les deux étaient supposés attendre pour une année. Mais ils n’attendront pas, ils vont être lancés dans le champ de bataille tout de suite », lance Tony Iadeluca.

C’est Leblanc, qui a guidé les Aigles de Jean-Eudes à un Bol d’or l’automne dernier, qui a pris la relève de Sénécal lors du premier match.

« La semaine suivante, ça a été une compétition entre les deux. On est allés avec Xavier contre Lennoxville et ça s’est quand même bien passé pour un premier départ et pour un jeune qui n’avait qu’une semaine de pratique dans le corps », observe l’entraîneur-chef, qui prévoit une « bataille chaque semaine » entre les deux quarts de première année.

Même si sa formation peut compter sur deux pivots recrues de premier plan, Iadeluca est bien conscient des limites que lui impose ce changement de plan. D’autant que lors du deuxième match, la saison du garde Klaus Calixte s’est aussi sèchement terminée en raison d’une sérieuse blessure à la cheville.

« On est toujours à deux ou trois blessures de changer une saison… On en a déjà deux. On a une ligue tellement balancée, ça va dépendre qui va être en santé rendu en novembre », juge-t-il.

À surveiller

Guillaume Ranger et William Marchand, receveurs de passes

« Ce sont deux gros receveurs et de gros prospects universitaires », louange leur entraîneur-chef. Ranger et Marchand ont évolué dans l’ombre de Kevin Mitale la saison dernière malgré leurs statistiques reluisantes. Ranger (41 réceptions pour 558 verges et 6 touchés en 2018) et Marchand (30 réceptions pour 494 verges et 4 touchés en 2018) sauront appuyer généreusement les jeunes quarts grassetois.

« La perte de Jonathan change un peu notre façon de gérer l’offensive et de créer des choses. Mon frère Marco [Iadeluca] est un coordonnateur d’expérience. Peut-être qu’on ne va pas lancer le ballon aussi souvent que si on avait Jonathan, mais on est content de ce que les deux autres peuvent nous apporter », croit Tony Iadeluca.

Champions

Si André-Grasset débarquait en lever de rideau comme l’équipe à battre, doublé de son titre de champions, ces durs coups n’ont pas ébranlé outre mesure les Montréalais. Toujours parfait après trois matchs, le Phénix présente la troisième meilleure attaque du circuit avec 106 points marqués, mais surtout la meilleure défense avec un maigre total de 33 points concédés.

Un Bol d’or, des talents générationnels et une profondeur qui fait des jaloux à travers la division 1… Avouons-le, ce n’est pas si mal pour un programme qui évoluait en division 3 en 2011. Selon l’entraîneur, cette progression fulgurante est attribuable en partie à la qualité de son personnel d’entraîneurs, mais aussi à la position enviable du Collège André-Grasset.

« Il y a beaucoup de football qui est joué dans les écoles privées au secondaire. Les jeunes et les parents regardaient pour une équipe de division 1 [au collégial] qui est une bonne école côté football et académique. Tout ça mis ensemble, il y avait un marché pour ça. On peut recruter partout », pointe Iadeluca pour expliquer les succès de son programme.

Crédit photo : Page Facebook du Collège André-Grasset

2 thoughts on “Changement de programme à André-Grasset

  • 15 septembre 2019 at 9 h 32 min
    Permalink

    J’ai bien apprécié votre article qui décrit fort bien la situation. En effet l’ équipe peut encore compter, malgré la blessure de Jonathan Senecal, , sur deux excellents quarts arrières Xavier et Theo. Vous pouvez également rajoute l’ arrivée avec l’ équipe d’ un jeune recrue , le receveur de passe Maxime Lapierre du college Jean Eudes qui a été choisi le joueur par excellence lors du dernier Bol D’ or l’ année dernière. Ce dernier se remet également d’ une blessure au bras mais sa réadaptation progresse bien. Il devrait être en mesure d’ aider son équipe.

    Reply
  • 15 septembre 2019 at 13 h 58 min
    Permalink

    Go Phénix Go, j’ai confiance en vous !
    Prompt rétablissement aux valeureux blessés.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *