Marco Iadeluca, le choix logique des Carabins

Les Carabins ont déniché leur nouvel entraîneur-chef. Les rênes de l’équipe ont été confiées à Marco Iadeluca, un visage familier pour nombre de joueurs et le groupe d’instructeurs à l’Université de Montréal (UdeM). Un choix logique fondé sur la stabilité.

Par Félix St-Aubin

La décision de nommer Iadeluca mardi comme remplaçant de Danny Maciocia, qui s’est installé de l’autre côté de la montagne avec les Alouettes, s’est inscrite dans la continuité de la culture établie lors de la relance du programme de football en 2002.

Iadeluca rentre au CEPSUM pour rejoindre une lignée d’entraîneurs qui ont marqué le football québécois. Il succède à Danny Maciocia (2011 à 2019), à Marc Santerre (2006 à 2010) et à Jacques Dussault (2002 à 2005) pour devenir le quatrième homme à diriger les Carabins.

Il a agi comme bras droit de Maciocia à l’UdeM de 2011 à 2018, soit jusqu’à sa réorientation de carrière professionnelle qui l’a mené au Collège André-Grasset en tant que responsable des sports du Phénix.

Le nouveau pilote des Carabins est essentiellement demeuré dans l’entourage des Bleus en 2018 afin d’épauler Gabriel Cousineau dans la passation du flambeau au poste de coordonnateur offensif, un titre que le principal intéressé détient à différents niveaux depuis 1994 (!).

Au départ, Iadeluca n’avait pas l’intention de postuler pour cet emploi. La directrice du sport d’excellence Manon Simard l’a toutefois invité à reconsidérer sa position, ce qu’il a fait, avec le dénouement que l’on connaît.

Iadeluca « représente à la fois le passé, le présent et le futur de l’équipe », indique-t-elle en faisant référence aux liens qu’il a tissés avec les anciens porte-couleurs des Carabins, les joueurs actifs et les espoirs qui feront bientôt le saut dans l’U Sports.

Plusieurs appels téléphoniques provenant de gens qu’il a côtoyés par le passé chez les Bleus ont aussi contribué à faire changer son fusil d’épaule. D’ailleurs, quelques-uns d’entre eux, certains logeant à l’extérieur de Montréal, d’autres du Québec, ont fait des pieds et des mains pour assister au point de presse.

Les nouveaux membres des Alouettes, Frédéric Chagnon et David Ménard, de même que Régis Cibasu et Antoine Pruneau, font notamment partie du contingent présent au CEPSUM pour la nomination de Iadeluca.

L’homme qui a entrepris sa 25e année dans le football l’a bien remarqué, qualifiant à la blague la scène de « party de famille ».

À noter qu’une vingtaine de candidats se sont manifestés pour remplacer Maciocia. Un seul d’entre eux n’affichait aucune expérience à titre d’entraîneur dans son curriculum vitae.

Marco Iadeluca 📷 : Carabins de l’UdeM/James Hajjar

Du rattrapage dans le recrutement

Le détenteur de deux bagues de la Coupe Vanier comme instructeur, d’abord avec le Rouge et Or en 2010, puis avec les Bleus en 2014, a contribué au recrutement d’une forte proportion des joueurs actifs.

Il connaît déjà très bien ses protégés, et l’inverse est également vrai.

Les Carabins disposent de moins de trois semaines pour rattraper le temps perdu avant la fin de la période de recrutement. D’ici au 1er mars, il s’agit « de loin notre priorité numéro un », a reconnu Iadeluca.

Dès la signature du contrat lundi, celui qui a oeuvré dans la première division au football collégial (D1) lors des deux dernières campagnes s’est affairé au recrutement, affirme-t-il.

Les Carabins sont demeurés discrets depuis la fin de la saison, laissant le champ libre à leurs rivaux dans cette sphère qui est ni plus ni moins que le nerf de la guerre.

Aucune annonce concernant sa garde rapprochée n’est attendue sous peu, Iadeluca préférant se focaliser sur l’ajout de jeunes talents dans les rangs des Carabins.

Son retour dans la D1, dit-il, lui a entre autres permis de peaufiner ses méthodes de travail spécifiques à la prochaine génération d’étudiants-athlètes qui migrera vers le circuit universitaire québécois.

Son coffre à outils maintenant bien rempli, Iadeluca ne pourrait être plus préparé pour le défi qui se dresse devant lui. « Si je ne suis pas prêt, je ne le serai jamais! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *